Base fontsize
Larger fontsize
Set contrast

Afrique du Sud

De 1948 à 1994, l’Afrique du Sud était sous le régime de l’apartheid, le système juridique prescrivait en conséquence la ségrégation raciste. Les droits de la majorité noire en particulier étaient sérieusement réduits à la portion congrue, ils n’avaient notamment pas le droit de voter et étaient dépourvus de leur citoyenneté. Par ailleurs, les noirs étaient contraints de vivre dans des bantoustans, les «homelands», ainsi que dans des ghettos noirs situés à la périphérie des grandes villes d'Afrique du Sud, les «townships».

Lorsque l’apartheid a finalement été aboli en 1994, le nouveau gouvernement de Nelson Mandela a mis sur pied une Commission Vérité et Réconciliation (CVR). La CVR comptait de nombreux membres de marque, dont son directeur, l’Archevêque Desmond Tutu, un célèbre opposant de l’apartheid et détenteur du Prix Nobel de la paix en 1984. La CVR était une instance semblable à un tribunal, où des témoins et des victimes de violations des droits humains sous le régime de l’apartheid pouvaient rendre compte de leurs expériences pour la période du 21 mars 1960 au 10 mai 1994. A leur tour, les auteurs d’enlèvements, d’assassinats, de tortures et de mauvais traitements graves pouvaient témoigner de leurs crimes et, de ce fait, solliciter l’amnistie à la fois pour les poursuites civiles et pénales.

La commission a réussi à révéler de nombreuses violations des droits humains commises par le gouvernement de l’apartheid mais également par les forces de libération, y compris le «Congrès national africain» (CNA, parti maintenant aux commandes), et d’autres forces. Le 28 octobre 1998, la commission a présenté son rapport final, qui condamnait les deux parties pour les atrocités perpétuées. Sur les 7 112 demandeurs, un total de 5 392 demandes individuelles d’amnistie ont été refusées pour 849 acceptées.

En raison de cette démarche jugée efficace dans la quête de vérité, d’autres pays ont mis sur pied des institutions similaires fondées sur modèle de l’Afrique du Sud. Néanmoins, la CRV a également été la cible de certaines critiques eu égard aux objectifs de réconciliation.

Mise jour: 04.05.10 – 10:34